Non classé

La poterie et la céramique, découvrez les techniques pour mieux choisir votre atelier !

Céramique, poterie, faïence, porcelaine, grès, raku, tournage, colombin, plaque ou simplement modelage… autant de mots intrigants et trop souvent méconnus qui alimentent les fantasmes et la curiosité. Plongez dans l’univers fascinant de la poterie, découvrez les techniques, les vertus du travail de la terre mais aussi les portraits de celles et ceux qui font et sont la profession aujourd’hui.

Un petit cours d’histoire

Le travail de la terre est omniprésent dans le quotidien de l’humanité depuis des milliers d’années. Pas étonnant que chacun de nous ait une connexion bien particulière avec cette matière. C’est avec l’usage du feu dans la période néolithique que la discipline est révolutionnée et que l’on passe des fragiles récipients en terre séchée au soleil aux robustes terres cuites que l’on connait aujourd’hui !

Quelques millénaires plus tard, une invention toute droit venue d’Extrême-Orient fait, elle aussi, évoluer la production à usage utilitaire : le tour de poterie.

L’usage évolue ensuite avec les mycéniens de Péloponnèse qui comprennent en premier les possibilités d’expression artistiques de la terre et qui créent les premières œuvres d’art en terre.

Plongeon dans les techniques

Il existe 5 grandes techniques pour dompter la terre. Chacune est adaptée à un certain type de réalisation et ne procure pas forcément les mêmes sensations. 

Le Modelage : Modeler consiste à réaliser une boule de terre que l’on vient ensuite mettre en forme avec la pression des doigts. On parle souvent de la technique du pincé. L’un des premiers exercices réalisés est souvent le fameux bol pincé. Très relaxante, la technique du modelage invite à prendre contact avec la matière en douceur, à lui donner forme avec patience et à sentir le contact d’une terre relativement dense.

Quelques exemples d’ateliers modelage : 

Capture d’écran 2019-04-05 à 11.01.38Capture d’écran 2019-04-05 à 11.01.17Capture d’écran 2019-04-05 à 11.00.58

Découvrez tous nos ateliers modelage  ! 

 

Le Tournage : C’est la technique souvent considérée comme la plus perfectionnée. Elle a révolutionné la poterie en permettant d’obtenir des formes beaucoup plus libres.

Le tour de potier se compose d’une girelle, un plateau circulaire qui tourne sur lui-même et sur lequel vous devez centrer une motte de terre. Cette étape du centrage est capitale pour éviter que votre réalisation ne finisse par terre ou encore dans le visage de votre voisin.e d’atelier avec la force centrifuge ! Vous devez ensuite monter votre pièce en commençant par la creuser en son centre puis en « tirant » les bords progressivement vers le haut.

Hypnotique, il demande à la fois beaucoup de force mais aussi de sensibilité pour maintenir le grès ou la porcelaine dans l’axe et faire monter la matière. Certains pratique le tour les yeux fermés pour justement pouvoir se concentrer sur ses sensations.

Quelques exemples d’ateliers tour : 

Capture d’écran 2019-04-05 à 11.04.56Capture d’écran 2019-04-05 à 11.05.29Capture d’écran 2019-04-05 à 11.05.50

Découvrez tous nos ateliers au tour ! 

 

Hokujoh, maître céramiste japonais en pleine démonstration d’un savoir-faire ancestral

 

Le Colombin : La technique du colombin permet de rapidement obtenir de grandes (voir très grandes !) pièces avec de beaux volumes. Comment ça marche ?

Le colombin est long boudin de terre, relativement étroit, que vous obtenez en roulant la terre sur une table. Vous assemblez ensuite ce colombin pour élaborer votre création. Si vous souhaitez obtenir une pièce de très grande taille, vous pouvez alors assemblez plusieurs colombins.

Les ateliers au colombin sont relativement simples et un excellent moyen de commencer à appréhender le travail de la terre en obtenant des résultats impressionnants.

 

La Plaque : Le travail a la plaque a de nombreuses et intrigantes similitudes avec le travail d’un boulanger-pâtissier ! Alors, enfilez votre toque car vous allez commencer par réaliser une plaque de terre à l’aide d’un rouleau (semblable à un rouleau à pâtisserie) avant de découper dans cette plaque les formes que vous souhaitez.

Vous pouvez par exemple réaliser des assiettes, un plat ou encore un mug en découpant plusieurs pièces que vous venez ensuite assembler.

Le travail de la terre à la plaque apporte un sentiment d’apaisement et permet de réaliser rapidement des grandes pièces, notamment des plats et des assiettes, que l’on peut ensuite

Quelques exemples d’ateliers à la plaque : 

Capture d’écran 2019-04-05 à 11.08.40Capture d’écran 2019-04-05 à 11.08.49Capture d’écran 2019-04-05 à 11.09.40

Découvrez tous nos ateliers à la plaque ! 

 

Moulage / Coulage : Voilà une dernière technique qui diffère beaucoup des autres. Ici, la terre n’est plus compacte mais liquide, on l’appelle dans cet état barbotine (c’est un mélange de terre et d’eau).

Afin de définir la forme de la pièce, vous utilisez un moule en plâtre dans lequel vous introduisez la barbotine qui vient épouser les parois. Une fois que votre pièce moulée est sèche grâce à l’évaporation de l’eau, vous pouvez la démouler avec facilité. Après une étape de façonnage, votre création est prête.

Cette technique permet des réalisations fines, avec un rendu toujours équivalent et un niveau de détail élevé.

artisan poterie

La cuisson et l’émaillage

Chaque terre a ses particularités et ses contraintes en termes de cuisson. Les céramistes du collectif Wecandoo pourront vous en raconter plus lors des ateliers mais voici quand même quelques éléments à avoir en tête.

La pièce de poterie et de céramique sont cuites en deux temps. La première cuisson dure environ 8h et permet d’obtenir ce que l’on appelle le « biscuit » ou le « dégourdi ». On peut ensuite décorer la pièce avant de l’immerger dans des bains d’émail et de la remettre au four pour une deuxième cuisson à plus haute température. Toutes ces cuissons se déroulent entre 850°C et 1350°C. La faïence reste poreuse après cuisson alors que le grès comme la porcelaine se vitrifient totalement et deviennent étanches.

Le phase d’émaillage est également très complexe, les émaux réagissent différemment à la cuisson et savoir composer son émail est un art qui demande de grandes connaissances en chimie. Ne soyez pas étonnant de voir des formules de chimie accrochées au mur lors de votre atelier.

Les différentes terres

Une dernière composante clef en céramique est le choix de la terre. Il en existe de nombreuses variétés qui vont aussi bien de l’argile fine, dédiée aux petites pièces modelées, à l’argile chamottée (dans laquelle est incorporée des petits morceaux de terre cuites broyées) ou encore la terre-papier (paperclay) qui est une terre chargée de fibre cellulose permettant une grande liberté en sculpture.

Les terres avec lesquels vous êtes amenés la plupart du temps à travailler sont le grès, la faïence et la porcelaine. La porcelaine vous apportera un toucher d’une douceur unique et une blancheur éclatante. Sa transparence est fréquemment utilisée pour des lampes, photophores ou abat-jour. Le grès apporte une déclinaison de couleurs infinie et vous pourrez apprendre à travailler les grès blanc comme le grès noir avec les artisans Wecandoo.

Poterie et céramique : le yoga des mains !

L’hashtag « #ceramics » regroupe plus de 7 millions de posts sur Instagram, un chiffre qui ne fait que grimper. Pourquoi tant de passion pour ce métier ancien ?

Notre époque est paradoxale : A force d’être connectés, nous devenons totalement déconnectés de la réalité, du concret et éprouvons le besoin de nous ancrer à nouveau dans la matière.

La dimension ancestrale du métier de céramiste, le temps long qu’exige le travail de transformation de la terre, et le rapport au feu font de la poterie le symbole de ce besoin d’une pratique porteuse de sens. Un besoin sincère et profond de rétablir un équilibre entre l’esprit et le corps, comme le permettent le yoga et la méditation.

La terre impose son rythme, c’est une matière sensible où les incompressibles temps de séchage et de cuisson forcent les urbains pressées à acquérir humilité et rigueur. C’est le corps entier qui est mobilisé en travaillant la terre.

Plus largement, faire le choix de l’Artisanat, c’est aussi une volonté de s’inscrire dans une nouvelle manière de consommer, où traçabilité et qualité sont les maîtres mots des décisions d’achat.

Elles sont devenues céramistes

Découvrez leur parcours en cliquant sur leur profil !

Capture d’écran 2019-04-05 à 10.46.46Capture d’écran 2019-04-05 à 10.46.55Capture d’écran 2019-04-05 à 10.47.08Capture d’écran 2019-04-05 à 10.47.15Capture d’écran 2019-04-05 à 10.47.24Capture d’écran 2019-04-05 à 11.24.14

Découvrez tous nos ateliers de poterie et céramique ici ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *