Rencontre avec Hagop Markarian, artisan maroquinier à Paris

Arménien venu du Liban, Hagop a été plongé dans le cuir depuis son plus jeune âge. Il n’est pourtant pas devenu maroquinier tout de suite et son parcours est parsemé de rebondissements qui ont nourri sa pratique. Aujourd’hui maroquinier à Paris, il anime des ateliers Wecandoo 2021 et a accueilli plus de 300 participants aux commentaires élogieux. Découvrez le retour d’expérience de ce passionné de transmission qui touche le cœur de ses participants.

Découvrez ses ateliers sur Wecandoo

Wecandoo : Hello Hagop ! Est-ce que tu pourrais d’abord nous parler de ton parcours  ? Comment en es-tu arrivé en France ? Et comment en es-tu venu à t’orienter vers la maroquinerie ?

Hagop : Je suis Arménien et j’ai grandi au Liban. 

Mon père, mon grand-père et mes oncles étaient bottiers et dès l’âge de douze ans, j’ai commencé à travailler avec eux dans l’atelier familial. Petit à petit, ils m’ont transmis leur savoir-faire.

À mes 23 ans, nous sommes arrivés en France. J’ai dû mettre de côté ce métier. C’est seulement des années plus tard que je me suis rendu compte que quelque chose me manquait. C’était le travail de mes mains et du cuir.

J’étais alors salarié, directeur des opérations dans un groupe de restaurants. Je devais donc gérer de nombreuses choses, dont le personnel, les fournisseurs, etc. Un jour, j’ai dû régler un problème en lien avec une banquette en skaï qu’il fallait changer. Après réception d’un devis de 1800€, j’ai dit au propriétaire du restaurant que s’il achetait une machine, je pourrais faire l’assise moi-même et qu’il n’aurait alors pas besoin de dépenser de tels montants. C’est l’élément déclencheur qui m’a remis un pied dans la maroquinerie.

Créations de Hagop

Au début, j’ai commencé par faire uniquement du sûr mesure pour les particuliers, en parallèle de mon emploi à temps plein au restaurant. Finalement, pendant le confinement, j’ai sauté le pas. J’ai démissionné et structuré mon activité, B2C et B2B.

J’ai attendu d’être plus structuré et d’avoir plus de place, pour pouvoir animer des ateliers.

Tu as aujourd’hui ta propre marque de maroquinerie. Comment as-tu fait pour créer ton entreprise ? Quelle est la structure de ton entreprise aujourd’hui ?

Lorsque je me suis lancé, alors que j’étais encore salarié, je n’avais aucune connaissances pour créer une entreprise en France. J’avais cependant la chance d’être bien entouré et j’ai pu compter sur l’aide d’amis qui était déjà passés par là. J’ai commencé par leur demander un contact d’expert-comptable. J’ai finalement choisi le meilleur expert-comptable par rapport à mon budget et je lui ai tout délégué. À l’époque, j’étais salarié, il m’a donc conseillé de choisir le format de SASU.

Hagop et ses gestes de maroquinier

Maintenant que mon activité a évolué, mon expert-comptable et mon banquier sont en train de m’orienter vers un nouveau statut. SASU c’était bien à l’époque, pour déclarer la TVA tout en restant salarié, une SARL est probablement plus adaptée.

En fait, pour ce type de choix, lorsque moi-même, je ne sais pas, je demande toujours conseil à plusieurs personnes expertes dans leur domaine et je vois ensuite ce qui est le plus cohérent d’après mes besoins, mon budget et différents autres critères.

Tu animes donc des ateliers avec Wecandoo depuis 2021. Pourquoi avoir choisi de développer une offre d’atelier ? Quelle était ta motivation au début ?

J’avais vraiment envie de rencontrer des gens et de partager mon savoir-faire.

J’ai ressenti aussi le besoin d’aller chercher une certaine forme de légitimité comme pour valider mon projet, m’assurer que cela avait du sens et que j’en étais capable. Cela m’a beaucoup aidé à travailler sur moi.

Aujourd’hui, je ne regrette pas ce choix. La transmission est devenue une vraie passion qui m’apporte beaucoup de plaisir.

Hagop en train d’animer un atelier

Tu as quatre ateliers disponibles sur Wecandoo. Comment as-tu défini les formats, la durée, le sujet, le prix ? Des apprentissages et conseils à partager ?

C’est avant tout grâce aux conseils du représentant de Wecandoo qui m’a accompagné sur la façon de mettre en place ces ateliers. Je souhaitais proposer des formats correspondants à une demande simple, mais actuelle, avec une durée de réalisation des accessoires et des tarifs accessibles.

Comment gères-tu ton calendrier et la répartition entre les différents formats pour t’assurer un meilleur remplissage de tes ateliers ?

Nous avons mis en place des créneaux horaires, sans minimum de participants, du lundi au vendredi en début de soirée, ce qui permet aux participants de venir après leur journée de travail. Mais il est vrai que les créneaux qui fonctionnent le mieux sont ceux du week-end (le matin et l’après-midi).

Tes ventes sont en croissance continuent depuis ton arrivée chez Wecandoo. Comment fais-tu la promotion de tes ateliers ?

Sincèrement, nous n’avons pas de stratégie particulière. Nous communiquons au mieux sur différentes plateformes (les réseaux sociaux, Google, notre site internet, etc) et testons de nouveaux canaux dès que nous le pouvons et qui nous paraissent intéressants.

Avant tout, la promotion des ateliers, je la fais sur place ! Je fais en sorte que les participants qui viennent, passent un bon moment d’échange et de partage en leur transmettant mon savoir-faire et ma passion aussi bien que je le peux !

Enfin, je n’hésite pas à leur demander si cela leur a plu et d’en parler autour d’eux. Le bouche-à-oreille se fait au fur et à mesure et surtout fonctionne !

Résultat, depuis 2021, tu as accueilli plus de 300 participants. Bravo ! Concernant l’animation des ateliers, quels ont été tes apprentissages depuis tes débuts ?

Dès le début, je me suis dit qu’il fallait que je m’amuse avec les participants en leur transmettant mon savoir-faire et je n’ai jamais changé cette formule depuis car ça marche très bien !

Accueillir les gens à l’atelier, pour moi, c’est comme lorsque j’accueillais les gens au restaurant ou mes amis à la maison. Je suis issu d’une communauté qui aime recevoir, c’est donc complètement naturel pour moi.

Et puis en réalité, beaucoup de participants arrivent déjà contents et n’attendent que de passer un bon moment. Il suffit donc d’être bienveillant. La clé pour moi, c’est alors de rentrer en connexion avec les participants, faire connaissance avec eux, les accueillir à bras ouvert, être à l’écoute.  Après, il y a aussi parfois des personnes plus réservées, qui ont l’air moins ouvertes. Dans ces cas-là, je fais encore plus d’efforts pour qu’elles se détendent. Mon objectif, des sourires sur toutes les lèvres !

Les commentaires des participants ravis après un atelier avec Hagop

En ce qui concerne le déroulé, dans un premier temps, j’apprends à connaître les participants et ensuite, j’improvise selon les personnes que j’ai en face de moi (s’ils ont déjà utilisé des outils, déjà fait des ateliers etc.). Je rappelle toujours les consignes, c’est important qu’ils se sentent en sécurité. Le reste, encore une fois, c’est juste de la bienveillance.

Et quand ils ne comprennent pas tout de suite, ou qu’ils se trompent, ils peuvent parfois se sentir mal devant les autres. Je fais alors comme lorsque je manageais les employés au restaurant. Je les encourage, je les accompagne, je les écoute. Je m’en occupe, je prends soin d’eux. Je suis aussi avenant qu’avec mes enfants.

Au final, ce que j’ai compris, c’est que le plus important, c’est le partage.

Et aujourd’hui, qu’est-ce qui te motive au quotidien dans l’animation d’ateliers ?

Je me suis pris au jeu tout simplement et aujourd’hui, je me challenge pour essayer d’animer encore et toujours plus d’ateliers ! C’est un très bon moment que je passe à chaque fois avec les participants en transmettant ma passion.

Photographies de participants ravis suite à leur atelier avec Hagop

Est-ce que tu as des conseils à partager concernant la pédagogie ?

Pour ma part, j’évite d’utiliser trop de termes techniques ou alors si c’est le cas, je prends le temps de les expliquer. Je laisse aussi les participants me poser toutes les questions qu’ils souhaitent en prenant le temps d’y répondre.

Lors des ateliers, je les accompagne et leur explique chaque étape de la fabrication de leur accessoire. Et s’ils doutent, je suis là pour leur (re)donner confiance !

Un dernier mot / conseil pour les artisans de la communauté ?

Je dirais de ne pas oublier qu’il s’agit d’un moment de partage donc, partagez ! Votre passion, votre savoir-faire mais aussi le café ou le thé que vous leur offrez et votre bonne humeur !


Retrouvez les ateliers de Hagop sur Wecandoo

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
Activité originale Lille
Wecandoo débarque à Lille, découvrez des activités originales
%d blogueurs aiment cette page :