Artisans

Entretien avec Amélie, bijoutière à Paris

Nous avons rencontré Amélie en janvier 2017, elle est l’une des tous premiers artisans à avoir rejoint l’aventure Wecandoo. Aujourd’hui elle nous raconte son quotidien de bijoutière.

Quand as-tu pris la décision de devenir bijoutière ?

Il ne s’agit pas vraiment d’une date ou d’un moment décisif mais plutôt d’un projet qui a mûri et s’est construit sur les années.

J’ai toujours aimé dessiner et fabriquer avec mes mains. J’ai fait des études d’art appliqués et me suis spécialisée en design textile, la matière m’intéressait. Pour mon diplôme j’ai commencé à développer quelques pièces de bijoux un peu bricolés. J’ai aimé ça et j’ai donc continué en autodidacte à faire des bijoux fantaisies en améliorant ma technique petit à petit. J’ai même finit par monter une marque et vendre mes créations en parallèle à un job de vendeuse.

Mais il s’est trouvé un moment où j’ai été frustrée. Aussi bien dans mon job de vendeuse, dans lequel je trouvais peu d’épanouissement, que dans la création de mes bijoux. Je me sentais limitée dans mes choix chez mes fournisseurs et dans ma créativité, du fait du manque de technique.

J’ai donc décidé de reprendre mes études et d’apprendre sur deux ans les techniques traditionnelles de la bijouterie. J’ai même pu explorer toutes les possibilités de la création en travaillant le bijou contemporain et en développant des concepts artistiques.

Que t’apporte le travail manuel ?

Je trouve un réel plaisir à voir se transformer la matière entre mes mains. Je suis toujours fascinée par ce processus par lequel l’idée devient réalité. Et la maitrise technique joue pour beaucoup dans cette concrétisation. Il y a toujours un moment où on se laisse emporter par le geste, on est vraiment dans l’instant présent, dans une sorte d’hypnotisme et c’est très agréable.

Où trouves-tu l’inspiration ?

Quand on me demande ça je réponds souvent que je puise dans mon catalogue interne. Depuis toujours, tout ce que je découvre et qui m’intéresse rentre dans mon catalogue. Mon imaginaire peut être activé par beaucoup de choses. Un élément d’architecture, le pelage ou la couleur d’un animal, le travail d’un artiste, une randonnée en montagne… je ne me donne pas de limite.

Et au bout de tout ça, il se trouve un moment où des connexions se font entre toutes ces choses que j’ai vus et une pièce ou une collection émerge.

artisan bijoutière

Quel rôle joue chacun de tes sens lors de la création ?

Je dirais que ma vue est le sens le plus stimulé. Mais avec l’expérience ce sont tous mes sens qui sont stimulés. La couleur du métal qui atteint la bonne température pour appliquer la brasure, le son de l’outil quand il fait bien son travail, le touché d’une pièce bien finit, l’odeur du torchon qui brule…par contre je ne goute pas mes bijoux une fois finit.

Quel plaisir éprouvez-tu lors de la transmission de ton savoir-faire ?

Mon métier est ma passion et j’aime parler et transmettre un peu de cette passion. J’ai grandi avec des parents qui ont toujours été dans le partage de leurs connaissances. Ils nous faisaient à moi et mes sœurs découvrir et explorer le monde qui nous entoure. Donner des cours est une manière à mon tour de transmettre mon savoir et mes connaissances dans un bel échange.

Je pense que c’est également un bon prétexte pour éduquer mes élèves sur la réalité de la fabrication artisanale et le temps que cela implique.

Quel conseil donnerais-tu à un quelqu’un qui souhaiterait se lancer dans une entreprise artisanale ?

La passion doit être le moteur principal, c’est elle qui nous fait tenir !

Les métiers artisanaux ne sont pas forcément les plus rémunérateurs sur le plan financier, mais il faut considérer l’épanouissement que cela représente sur le plan personnel.

Alors à mon sens s’il n’y a pas ce moteur puissant de la passion, il y a de grands risques de s’épuiser et renoncer.

artisan bijoutière

Retrouvez le travail d’Amélie sur sa page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *